• Chapitre 25

     

     

     

     

    Chapitre 25

     

    Il est sept heures du matin, je suis tirée du sommeil par la musique de mon réveil qui se met à être de plus en plus forte au fil des secondes. J'appuie donc sur mon réveil pour l'arrêter et je finis de me réveiller tout doucement, non sans avoir l'envie de me recoucher et de me rendormir.

    Aujourd'hui nous sommes vendredi et c'est le dernier jour de la semaine de cours, mais pas que. Dans quelques heures, ce sera les vacances. À cette pensée, je bondis du lit, toute heureuse.

     

    ***

     

    Après m'être préparée, je prends la route à pieds en direction du lycée, comme à mon habitude à chaque jour d'école. Je suis bien contente de savoir que les vacances sont proches, après la semaine que je viens de passer.

    Durant cette dernière semaine, j'ai eu le droit à des tonnes de contrôles et de devoirs, ce qui fait que j'ai passé ma semaine dans mes feuilles de notes à réviser et à travailler comme une dingue.

    La sonnerie du lycée retentit, je me dépêche de rejoindre les autres avant d'aller en cours de français.

     

    ***

     

    «Bien, comme vous êtes sans doute au courant, ce soir c'est les vacances, dit M. Langlois, notre professeur d'anglais. Pour l'occasion, et afin d'éviter que vous abandonniez les études de cette langue pendant vos deux semaines de congés qui vont suivre, je vous donne pour l'occasion un joli devoir maison, de quoi vous remettre à niveau.

    -Ah monsieur, ça va pas être possible, l'interrompt un élève nommé Bastien. J'avais prévu de faire des batailles de feuilles et des bonhommes en citrouille avec ma famille et mes potes.»

    Toute la classe rigole à sa remarque. Il faut dire que Bastien Tessier est l'un des élèves qui perturbent le plus la classe en mettant de l'ambiance et en faisant détendre l'atmosphère. Mais ces remarques donnent un peu du fil à retordre à tous les professeurs du lycée qui ne le voit pas comme un élève sérieux.

    «Dites aussi que vous allez faire la récolte des châtaignes!

    -Non mais ça va pas?, s'indigne ce dernier. Je suis en vacances, c'est pas pour me faire casser la gueule!

    -Monsieur Tessier, quand je parle de châtaignes, je parle de ce fruit qui pousse en automne sur les arbres puis qui tombe.

    -Monsieur, vous me voyez sérieusement dans une forêt avec une poche en plastique à attendre comme un con sous un arbre que des fruits tombent?

    -Il est vrai Tessier que je vous vois mal faire ceci, mais vous m'avez dit que vous allez faire des batailles de feuilles et je vous ferez remarquer que les feuilles poussent sur les arbres...

    -Je sais que je suis con, mais ça je le sais depuis longtemps.

    -Je vous prie d'éviter de me couper la parole quand je parle! Je disais, les feuilles ça pousse sur les arbres, et pour faire une bataille de feuilles, le meilleur endroit c'est la forêt.

    -Peut-être, mais jamais vous me verrez jamais ramasser des châtaignes ou des champignons.

    -Bon, de toute façon ce n'est pas vous qui décidez. Vous aurez le DM, que vous le vouliez ou non. Le sujet est clos.»

    Nous soufflons tous, Bastien le plus fort bien évidemment afin d'attirer l'attention. En revenir au cours n'est pas chose facile après cette conversation amusante.

     

    ***

     

    Il est quinze heures, j'ai maintenant fini les cours et je suis en vacances puisque je suis encore dispensée de sport, mais plus pour longtemps. Je me souviens à présent que ma dispense s'arrête ce soir, ce qui signifie que dès demain, je pourrai reprendre la danse. En pensant cela, mon visage s'illumine et c'est dans un élan de fierté que je sors du lycée.

    Il me vient alors à l'idée de passer voir Joy, ma professeur de danse. Cela fait deux semaines que je n'ai pris aucun cours de danse, et par conséquent, que je ne l'ai pas vu. De plus, j'aimerai bien savoir les cours réalisés, et de peut-être pouvoir les rattraper afin de me mettre dans le bain plus facilement le lendemain.

     

    ***

     

    J'entre dans le bâtiment et je vois Joy en train de danser sur la piste. Shake It Off résonne dans toute la salle grâce aux enceintes placées au quatres coins de la pièce. Je l'observe en train de danser en rythme sur la musique.

    «Bonjour Lou!»

    Je sursaute avant de lui répondre :

    «Bonjour! J'ai adoré votre prestation sur cette chanson, je lui dit avec sincérité.

    -Merci, me remercie-t-elle en souriant. Ta cheville a l'air d'être guérie. Quand pourras-tu reprendre les cours de danse?

    -Dès demain mademoiselle.

    -Appelle-moi Joy.

    -D'accord. Je suis passée dans le but de savoir ce que vous avez fait lors de mon absence.

    -Nous avons fini la séquence sur le Bollywood et commencé une nouvelle sur les musiques pop, d'où une chanson de Taylor Swift. Je te rassure, nous avons seulement vu quelques petits pas sans importance. La choré que j'étais en train de faire est celle que je compte vous faire apprendre à partir de demain.»

    J'asquiese de la tête et je lui demande :

    «Vous pourriez me montrer ce que vous avez fait pour que je puisse le refaire avec vous?

    -Bien sûr! Tu es prête?»

    Je bouge la tête de haut en bas et elle lance la musique.

     

    ***

     

    Je rentre chez moi en soufflant un peu, fatiguée par le trajet que je viens de faire. Je pousse la porte d'entrée et je marche vers les escaliers pour aller dans ma chambre.

    Une fois à l'interieur de ma pièce favorite, je m'écroule sur mon lit avant de fixer pendant quelques secondes le plafond. C'est alors que je me rends compte que j'ai négligé un événement ces dernières heures. J'hurle alors :

    «Je suis en vacances!»

    Je me lève et me dirige vers mon bureau afin de prendre mon lecteur MP3 qui se trouve dans un de ses tiroirs. Je l'allume puis je cherche dans mes musiques celle que j'aimerai écouter. Dans la lettre G, je vois Green Day. Je décide alors d'écouter la chanson Holiday. J'appuie sur un bouton faisant retentir la musique dans mon casque.

    Dès que les percussions retentissent, je danse dans ma chambre. Puis lorsque les paroles apparaissent, je m'assois sur ma chaise roulante et je danse assise, en essayant de faire rouler la chaise la plus loin possible dans ma chambre, tout en tournant dans tous les sens et en criant les paroles de la chanson comme une folle.

    C'est alors que ce que je vois me fait perdre mon envie de chanter.

    «...On Holi-day, je chante en décomposant le mot.»

    Brian me regarde et se tient devant la porte, riant aux éclats devant la scène qui s'offre à ses yeux.

    Je comprends pourquoi il rit quand je me rends compte que depuis le début où je danse comme une folle, en chantant comme une casserole, Brian me regarde. Je viens de me prendre la honte, sans doute une des pires que je n'ai jamais connu, ce qui me fait rougir.

    Il finit par se calmer et me dit :

    «J'étais avec ton frère et quelques potes dans sa chambre et je me suis décidé à venir te voir pour voir si tu allais mieux par rapport à jeudi dernier. D'après ce que je viens de voir, tu a l'air très heureuse...»

    Il s'arrête, puis il éclate de rire à nouveau :

    «...et complètement ridicule!»

    Il rit tellement qu'il en devient tout rouge, m'enfoncant encore plus.

    «T'écoutais quoi comme chanson?

    -Green Day, Holiday.

    -J'adore cette chanson!

    -Première nouvelle, je dis.

    -Pourquoi ça t'étonne?

    -Ouais. Je croyais que t'étais le genre à écouter de la musique électro et du rap à fond toute la journée pour te la péter.

    -Ce que tu dis n'est pas totalement faux, mais j'adore le rock aussi et d'autres styles.»

    Je prends mon lecteur de musique, je débranche le casque, je mets la musique à fond avant de faire résonner Green Day dans toute ma chambre. C'est alors qu'il se met à danser d'une façon étrange tout en s'improvisant guitariste avec ses mains, ce qui me fait rire. Je décide alors de reprendre ma danse de tout à l'heure, mais debout et sans chanter cette fois-ci.

    Soudain, mon frère ouvre la porte de ma chambre tellement fort qu'il en fait trembler les murs.

    «Je peux savoir ce que vous faîtes?»

    Nous nous arrêtons de danser et je m'assois sur ma chaise, comme si rien ne s'était passé.

    «Rien du tout, dis-je en me recoiffant avec mes mains.

    -Pas la peine de mentir, vous vous êtes faits grillés!, s'exclame un ami à mon frère. On aurait dit des gamins!»

    Ils se mettent tous à rire, mon frère dans le lot. Je pense que nous nous sommes bien pris la honte, mais après tout, le ridicule ne tue pas, n'est-ce pas?

     

     

     

    « Mes Tweets #2Thème 2 : spécial été »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :